Communiqué de l’OSCE concernant les élections à la Douma

234564587567-si

Nous publions le communiqué intégral de l’OSCE suite à la mission d’observation des élections à la Douma la semaine dernière. Dans l’ensemble, l’organisation internationale qui a supervisé les elections salue un processus transparent et une baisse considérable des cas de fraudes, mais déplore un traitement  médiatique des candidats inégal  et une limitation de facto de l’offre politique. 

The 18 September State Duma elections in the Russian Federation were transparently administered by the Central Election Commission, but challenges to democratic commitments remain. The legal framework can serve as an adequate basis for elections, but the electoral environment was negatively affected by restrictions to fundamental freedoms and political rights, firmly controlled media and a tightening grip on civil society, the international observers concluded in a preliminary statement released today.

The liberalization of the party registration process has yet to result in distinct political alternatives, and the campaign was low-key. Local authorities did not always treat contestants equally, and instances of misuse of administrative resources were noted, the statement says. Election day generally proceeded in an orderly manner, but numerous procedural irregularities were noted during counting. The Central Election Commission (CEC) reacted to the reported irregularities, including ballot box stuffing and carousel voting, and announced preliminary voter turnout at 48 per cent.

“The improved transparency and trust we have seen in the election administration are important steps, yet legal restrictions on basic rights continue to be a problem,” said Ilkka Kanerva, Special Co-ordinator and leader of the short-term OSCE observer mission. “If Russia is to live up to its democratic commitments, greater space is needed for debate and civic engagement.”

The CEC, under new leadership, worked in a transparent and professional manner, earning widespread confidence among stakeholders. A number of lower-level commissions lacked impartiality and independence, and their performance was criticized, including by the CEC itself. There was general confidence in the accuracy of voter registration, the observers said.

Since the 2011 State Duma elections, the electoral system has been modified from proportional to mixed, the threshold parties must pass to win seats in the parliament was lowered, and candidates were allowed to run as independents, the statement says. The legal framework is overly complex and micro-regulates the process, including through unnecessary restrictions on candidate registration, the formation of party blocs, campaigning, the media and citizen observation.

“Ella Pamfilova’s leadership at the Central Election Commission has given election stakeholders confidence that the elections can be well run, yet the low-key campaign shows an overall lack of engagement,” said Marietta Tidei, Head of the OSCE Parliamentary Assembly delegation. “I hope that we will soon see more political alternatives engaging the public in proper debate.”

The number of political parties increased considerably after the 2011 elections, when the party-registration process was liberalized, but some opposition initiatives were not registered. While 14 parties ran countrywide and more than 6,500 candidates were registered, the inclusiveness of the candidate registration process was diminished by limitations on the right to stand and excessive registration requirements, particularly for independent candidates.

The campaign was low-key overall, with the ruling party generally being the most visible. Patriotism was a notable feature of the campaign discourse. The major topics of the campaign were the socio-economic situation, political stability and foreign policy issues. The four parliamentary parties continued to dominate the political landscape, but did not offer clear political alternatives, which limited voters’ choice, the observers said.

In a number of regions, administrative resources were misused for campaign purposes, and the procedure for providing notification ahead of campaign events was selectively applied by local authorities to effectively deny or place conditions on granting contestants permission to hold rallies. There were also attempts by local state structures to influence voter choice and to pressure them into voting for the governing party, the statement says. The CEC publicly highlighted reports of such violations in nearly half of the federal subjects.

“Election day was orderly overall, but the long-term observation showed that challenges to democratic commitments remain, especially with regard to the media, candidate registration and legal framework,” said Ambassador Jan Petersen, Head of the OSCE/ODIHR long-term election observation mission. “In our final report we will address specific shortcomings and I hope that the authorities take serious steps to improve the electoral process.”

The free airtime programming provided voters with access to views of contesting parties and offered some interactive discussions. However, the OSCE/ODIHR election observation mission’s media monitoring results showed that contestants did not receive equitable media coverage, with the ruling party getting more editorial coverage than other contestants. The vast majority of editorial coverage on national channels – 70 to 90 percent – was dedicated to the president and governmental officials. Coupled with legal restrictions on campaigning in the media and self-censorship encouraged by the restrictive legal and regulatory framework, this gave undue advantage to the ruling party and limited voters’ ability to make a fully informed choice.

The CEC received 1,896 ‘applications’ concerning alleged violations of electoral legislation, and reviewed 12 complaints in collegial and transparent sessions and in observance of due process guarantees. All other complaints were considered by individual commission members in a process lacking transparency. Most complaints lodged with lower level commissions and district courts related to candidate registration, campaign activities and media-related issues. In most of the cases observed by the OSCE/ODIHR observers, the adjudication of complaints was in line with the required procedures and established deadlines.

OSCE/ODIHR and OSCE Parliamentary Assembly observers could observe without restrictions. Amendments from April 2016 introduced unduly restrictive accreditation rules for party and media representatives, and the legislation still does not provide for non-party citizen observation.

[http://www.osce.org/odihr/elections/russia/265071]

Exercice militaire historique conjoint entre la Russie et le Pakistan

main-russia-pakistan-650x434

Alors que le Pakistan, deuxième plus grand pays musulman au monde par la population et puissance nucléaire, est traditionellement un allié de Washington dans la région, le premier exercice conjoint entre l’armée de Moscou et celle d’Islamabad, largement médiatisé sur place et baptisé « Friendship 2016 », est une première historique.

Il faut également ajouter, pour mesurer la portée de l’évènement, que l’Inde, pays voisin avec lequel le Pakistan entretient des relations conflictuelles, est un partenaire ancien de la Russie et son premier client dans le domaine de l’armement.

200 militaires russes sont arrivés a Islamabad cette semaine pour cette grande première.

[https://en.dailypakistan.com.pk/pakistan/russian-military-contingent-reaches-pakistan-for-historic-friendship-2016-drills/]

Moscou retrouve sa petite ceinture ferroviaire

lastochka

Moscou est connue pour le cauchemar de ses « hopeless traffic jams ». Ce début de mois de septembre 2016 voit la réalisation d’une promesse majeure du maire Sobianine : l’ouverture d’une nouvelle ceinture de chemin de fer, longue de 54 km et interconnectée à d’autres moyens de transports (métro, bus, tramway…) via une trentaine de hubs. Il s’agit d’un projet gigantesque et d’un investissement de 3 milliards d’euros. Cette ligne circulaire facilitera considérablement les déplacements entre les différents quartiers excentrés de la capitale.

Les trains, équipés du Wifi, de prises électriques etc. sont fabriqués dans l’Oural par une joint-venture de l’allemand Siemens et du russe Sinara.

https://fr.rbth.com/multimedia/infographics/2016/09/20/nombre-de-passagers-qui-utilisent-la-nouvelle-ceinture-ferroviaire-de-moscou_631587

Maxime Chabane : « pourquoi nous sommes souverainistes »

 chaban

[ Maxime Chabane ]

Nous publions le texte intégral d’une tribune de notre ami Maxime Chabane, publiée initialement sur le site Le Nouveau Cénacle (lien ci-dessous). 

« Tacklant » (anglicisme de circonstance) sondeurs institutionnels et élites autoproclamées, les Britanniques ont franchi leur Rubicon. Cette victoire des souverainistes est avant tout une victoire de la démocratie. Pour tous ceux qui comme moi n’étaient pas nés (ou étaient mineurs) en 1992, lorsque le Traité de Maastricht institua l’Union Européenne sous sa forme actuelle, il n’y a jamais eu de choix : le dogme européiste nous a toujours été imposé. Et nous voulons en sortir. La liberté d’un peuple passe par la liberté de la Nation, donc par sa souveraineté. Car « s’il existe des nations souveraines où le peuple n’est pas libre, jamais on ne vit de peuple libre dans une nation asservie » (Jacques Sapir, Souveraineté, démocratie, laïcité, Ed. Michalon).

Or, la France, dont nos « élites » n’oublient jamais de rappeler qu’elle est le berceau des Droits de l’Homme, n’a de cesse – depuis quarante ans – d’aliéner sa souveraineté, et ainsi l’exercice de la démocratie. Le mépris du résultat du référendum de 2005 est l’acmé de ce processus : les Français se sont prononcés contre la Constitution Européenne ; elle leur a été imposée quatre ans plus tard sous la forme du Traité de Lisbonne, qui reprenait le texte rejeté à la virgule près.

Parce que nous élisons nos représentants à l’Assemblée Nationale, nous sommes en droit d’exiger qu’ils exercent le mandat qui leur a été confié : rédiger et voter la Loi républicaine. Or, dans ce domaine aussi, nous ne sommes plus souverains. La jurisprudence de la Cour de Justice de l’Union Européenne impose aux États signataires la supériorité des directives de la Commission sur les lois nationales. En d’autres termes : la représentation nationale ne peut légiférer contre une décision de la Commission. Commission qui, ne l’oublions jamais, n’est ni élue, ni contrôlée par les peuples.

L’État, dépossédé de la maîtrise de son budget, est dégradé de stratège en gestionnaire. Sans souveraineté budgétaire, pas d’exercice libre de ses missions régaliennes : assurer la sécurité, faire la guerre, orienter les choix économiques, défendre l’indépendance nationale. Cet énième mais majeur transfert de souveraineté, initié par le traité de Maastricht, fut renforcé sous les quinquennats des Présidents Chirac, Sarkozy et Hollande. La soumission de la France au dogme religieux de la monnaie unique lui impose le double carcan de la réduction du déficit budgétaire et de la dette. Et la croyance jamais questionnée en cet horizon indépassable est mortifère, et à double titre.

Le déficit budgétaire, d’abord. Sans souveraineté budgétaire, pas de possibilité de voter des budgets contra-cycliques. Or, et même le très libéral FMI l’a reconnu, la recherche de l’équilibre budgétaire en période de récession est profondément déflationniste, contracte les recettes de l’Etat, ce qui creuse le déficit budgétaire qu’elle était censée diminuer.

Et pourtant ! Les Etats européens se sont liés les mains, en 2011, en paraphant le Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance, plus connu sous le nom de « pacte budgétaire ». En restreignant excessivement les possibilités de relance des économies nationales, et en leur imposant l’équilibre des comptes publics, ce Traité génétiquement récessif amplifiera mécaniquement les déséquilibres actuels. Dans un contexte de contraction du revenu médian, et donc de la demande des ménages, les réductions de la demande et de l’investissement publics ajouterons leurs effets récessifs sur l’activité et donc les recettes publiques, ce qui creusera in fine les déficits. C’est de ce cercle vicieux qu’il faut sortir.

La dette, ensuite, qui a pour fonction de financer l’avenir par l’investissement en biens publics. Mais l’article 123 du Traité de Maastricht interdit à l’Etat de se tourner vers le guichet du Trésor Public pour se financer, ce qui a pour conséquence de livrer l’Etat aux marchés financiers.  Ainsi, entre 1975 et 2015, l’Etat a emprunté environ 1300 Milliards d’€, en a remboursé environ 1700, et sa dette est pourtant passée de 300 à 2000 Milliards…

Comment ? Parce que l’Etat doit servir un intérêt (illégitime) pour acheter un bien public (la Monnaie) dont il devrait avoir le monopole de création.  En revenant au système des Trente Glorieuses, l’Etat cesserait d’être consentant au racket des marchés et se désendetterait rapidement. Peu inflationniste, ce système lui permettrait surtout de recouvrer des marges de manœuvres pour investir.

La souveraineté monétaire, c’est le pouvoir de l’Etat, en fonction des intérêts de la Nation, de créer de la Monnaie (sa quantité) et de fixer sa valeur (sa parité par rapport aux autres Monnaies). Cependant, l’Euro, structurellement austéritaire, condamne la France à la désindustrialisation et sa population à la paupérisation, car, interdisant la dévaluation externe (par la monnaie), il impose la dévaluation interne (par les salaires), ce qui contracte la demande adressée aux entreprises.

Recréer notre monnaie nationale, c’est abandonner le fétichisme de la Monnaie « forte » pour retrouver une Monnaie au service de l’économie et des intérêts de la Nation et de son Peuple. C’est se donner les moyens de retrouver le chemin de la croissance, et donc de conserver notre modèle social, hérité du programme du Conseil National de la Résistance. L’Union Européenne tente, au moins depuis les années quatre-vingt-dix, de légitimer ses choix par l’idée qu’il n’y a pas d’alternative (‘TINA – There is no alternative’), que les décisions d’ordre économique ne sont pas politiques mais qu’elles relèvent d’un ordre dominé par la « technique ». Or, sous le vernis de la science (la complexité de l’économétrie), cette idéologie totalitaire vise à une véritable dépossession du pouvoir démocratique des mains du peuple souverain, pour le seul profit des multinationales et d’une hyper-classe mondialisée.

Les Tartuffes de l’extrême-centre rejouent à chaque élection le refrain d’une « autre Europe », exigeant l’alternance (des prébendes) sans alternative (des politiques). Ils font semblant de ne pas savoir que pour modifier les Traités européens, il « n’y a qu’à » dégager l’unanimité dans une Union à vingt-sept… Quant aux fanatiques du « grand bond en avant » (« Hier nous étions au bord du gouffre… ») fédéraliste, ils méconnaissent ses conséquences tant financières que politiques. D’une part, le fédéralisme impliquerait des transferts financiers colossaux, de l’ordre de 250 à 300 milliards d’€ du Nord vers le Sud, pendant au moins une décennie, et dont 90 % (environ 230 M€, soit 8 à 10% de son PNB) seraient supportés par l’Allemagne. Le voudrait-elle, qu’elle ne le pourrait pas. D’autre part, le saut politique des Nations vers un « super-Etat » européen suppose l’existence d’un Peuple européen. Or, celui n’existe pas, soit du fait de représentations politiques trop divergentes ou du poids des histoires trop enracinées, la Cour Constitutionnelle allemande de Karlsruhe l’ayant rappelé dans son célèbre arrêt de 2009.

Pour toutes ces raisons, et bien d’autres, nous sommes souverainistes.

[http://lenouveaucenacle.fr/brexit-nes-apres-maastricht-pourquoi-nous-sommes-souverainistes]

Frédéric Beigdeder présidera le festival du film russe d’Honfleur 2016

2304

Le festival du film russe d’Honfleur 2016 24 ème édition) aura lieu du 22 au 27 novembre 2016 et sera présidé par l’écrivain, éditeur et réalisateur Frédéric Beigbeder. Beigbeder, une star en Russie, est un fin connaisseur de la culture russe.

« Il vient de réaliser son deuxième film, “L’Idéal”, satire des diktats de la beauté et de la mode, dont une partie se passe en Russie. Parmi les acteurs, Aleksei Guskov, grand habitué du Festival du Cinéma Russe à Honfleur, interprète le rôle de l’oligarque Sacha Gorlov. Le film sort le 15 Juin  » (site du Festival).

Le festival d’Honfleur est depuis plus de vingt ans la manifestation majeure autour du cinema russe en France.

[http://festival-honfleur.fr/]

[http://www.beigbeder.net/fr]

Exposition majeure d’art contemporain russe à Pompidou (Fondation Potanine)

kosolapov

[Alexander Kosolapov]

À partir du 14 septembre 2016, le Centre Pompidou expose l’extraordinaire don de plus de deux cent cinquante œuvres soviétiques et russes contemporaines réunies avec le soutien de Fondation de Vladimir Potanine. L’ensemble, composé d’œuvres d’artistes majeurs, offre un panorama, de quelques quarante années d’art contemporain en URSS puis en Russie, à travers les principaux mouvements qui les ont sillonnées: Moscow Conceptualism, art cinetique, sots art etc.

« Concomitant du conceptualisme moscovite, le Sots art, inventé par le duo Komar et Melamid, détourne dans une veine pop les codes de la propagande soviétique. À la différence des artistes pop, confrontés à la surabondance de biens de consommations, Alexandre Kosolapov, Boris Orlov ou Leonid Sokov démythologisent l’environnement idéologique de la société soviétique. Courant fécond dont certains des protagonistes émigrent dès les années 1970, le Sots Art marque fortement l’esthétique des années de la perestroïka  » (Centre Pompidou)

L’exposition permet d’apprécier les relations complexes des artistes (souvent tres connus en URSS et finances par l’Etat a certains moments de leurs carrieres) avec le Pouvoir au gré des mouvements de « dégel » et de « resserrement des boulons » successifs.

https://www.centrepompidou.fr/cpv/ressource.action?param.id=FR_R-9acc297c6955729b9dcc50ae9cbe6334&param.idSource=FR_E-9acc297c6955729b9dcc50ae9cbe6334

Appel pour sauver Alstom

Mobilisation du collectif des Français Libres

Appel pour sauver Alstom

Alstom a annoncé, il y a quelques jours, sa volonté de fermer son centre de production et d’entretien à Belfort.

Au-delà des emplois, directement menacés par cette fermeture, c’est la France, en tant que nation industrielle qui est atteinte. Une fois de plus, la France renonce à l’un de ses fleurons industriels.

General Electric a organisé le pillage d’Alstom. Aveuglé et faible, le gouvernement y a vu un partenariat équitable !

Alstom, à la suite de nombreux champions nationaux qui ont fait la France et sa puissance économique, a subi le manque de vision de nos élites, obnubilées par une société de service et le mantra de l’économie numérique.

Dans la guerre économique actuelle, le dépeçage d’une société nationale comme Alstom est une arme en moins pour notre pays, un pan entier de son indépendance économique qui est anéantie.

Quand nos gouvernements comprendront-ils qu’un pays fort doit disposer d’une industrie forte ? L’impérieuse nécessité d’une stratégie industrielle doit être au cœur du projet de tout homme politique qui se présente devant les Français.

Nous, citoyens Français, issus de plusieurs mouvements politiques, appelons les élus français qui croient que la France doit rester une puissance industrielle, à se rassembler, au-delà de leur parti, au-delà des clivages, pour sauver Alstom.

Nombreux sont les élus, qui de Bernard Carayon à Arnaud Montebourg, en passant par Jean-Pierre Chevènement, Henri Guaino et Nicolas Dupont-Aignan ont toujours porté une ambition industrielle pour notre pays.

Aujourd’hui alors qu’un autre joyau de notre industrie nationale est menacé, nous appelons tous les Français et tous les parlementaires à signer cet appel et à se rassembler pour Alstom.