Beautés de la démocratie en Ukraine: la liste noire de Porochenko allégée sous la pression occidentale

Porochenko
Les Atlantistes n’ont que le mot “démocratie” à la bouche, depuis longtemps agité tel un hochet. On se réjouira avec eux des nouvelles conquêtes démocratiques du nouveau pouvoir en Ukraine (ou, rappelons-le, les partis d’opposition réelle, comme le Parti Communiste, sont interdits). Le pouvoir n’a pas hésité à placer sur une liste noire non seulement les journalistes russes coupables de ne pas donner une version suffisamment vraie et démocratique du conflit, mais aussi, dans un excès d’enthousiasme, les correspondants de la BBC Steve Rosenberg, Emma Wells et Anton Chicherov, le journaliste de Die Zeit et de l’Allgemeine Frankfurter Zeitung Mikhail Rutz, et les correspondants d’El Pais Antonio Rodrigez et Manuel Sastre. Cette action vigoureuse en faveur de la liberté ayant tout de même soulevé la perplexité des vieilles nations d’Europe, et notamment de la direction de la BBC, le pouvoir ukrainien a fait machine arrière, a précipitamment retiré de la liste noire les journalistes « respectant les standards de la profession » et a limité désormais la liste noire aux journalistes russes bien entendu, mais aussi à des journalistes estoniens et slovaques (RBC)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s