Exclusif : intense ballet diplomatique à Paris pour le CEO de Gazprom

miller

[Alexei  Miller, CEO de Gazprom]

Gazprom cesse d’approvisionner l’Ukraine en gaz !

Cela sonne comme un rappel des crises gazières de 2006 et de 2009… En fait, Naftogaz, la companie importatrice ukrainienne, a obtenu tous les volumes de gaz russe qui avaient été prépayés et pour l’instant, Gazprom n’a pas tout simplement pas reçu de nouvelles demandes de fourniture de gaz. Ainsi, le PDG de Gazprom M. Alexeï Miller a conclu que les livraisons doivent cesser jusqu’à ce que l’Ukraine fasse de nouveaux prépaiements. Il a aussi précisé, que l’Ukraine a déjà commencé à puiser dans ses stockages souterrains (16 Mds de m3).

Alexeï Miller précise que le refus ukrainien d’acheter du gaz russe créera « des risques graves de perturbation » dans le transit via l’Ukraine du gaz russe vers l’Europe. Le risque serait que Kiev prélève du gaz destine à l’Europe pour sa propre consommation. Ces  déclarations alarmistes constituent essentiellement un exercice de communication dans le contexte où Gazprom se doit de persuader les Européens de la pertinence du projet Nord Stream 2. C’est tout le sens des visites parisiennes de M. Miller, le 23 octobre, auprès de Jean-Pierre Jouyet,  Secrétaire général de l’Elysée et camarade de promotion du Président Hollande, et le 2 décembre prochain auprès d’Emmanuel Macron, Ministre de l’Economie. Nord Stream 2 est la solution qui doit permettre de s’affranchir du risque de transit à travers l’Ukraine. En dramatisant, Alexei Miller donne également une impression de « fermeté » au public russe dans un second contexte, qui est celui de la coupure de l’électricité à la Crimée par Kiev.

En fait, il n’y pas de  quoi s’affoler : grâce à ses stockages gaz (16,5 Mds m3) et à la baisse de sa consommation (les industries gourmandes en énergie sont … dans le Donbass séparatiste), l’Ukraine devrait passer l’hiver sans nouveaux besoins (tout dépendra de l’aléa climatique …hiver rigoureux ou doux). Pour autant, cela ne veut pas dire que l’Ukraine n’a pas besoin et ne souhaite pas acheter du gaz russe. Les négociations pour la fourniture de gaz russe au cours du 1er trimestre 2016, pourraient reprendre en décembre.

Pour cette période, les prix du gaz, qui suivent ceux du pétrole avec un décalage dans le temps, devraient être plus bas.

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s