Hervé Mariton: un scenario de sortie des sanctions est nécessaire et inséparable d’un partenariat avec la Russie

 

mariton

Hervé Mariton, ancien ministre, candidat aux primaires de la droite et du centre, cette semaine de passage à Moscou dans le cadre du Forum Gaidar, a répondu à l’invitation du Président de la CCIFR Emmanuel Quidet à s’exprimer devant la communauté française dans les locaux de la CCIFR.

Hervé Mariton est loin de la politique slogan, qui hélas, est adaptée à notre monde de scoops et de petites phrases. Personnalité complexe, déroutante même parfois, Hervé Mariton est aussi un homme de constance et de continuité. Affirmant son appartenance à la culture politique du conservatisme libéral, Herve Mariton est connu pour son opposition à la loi Taubira autorisant le mariage de personnes de même sexe et souhaite son abrogation.

Dès le début de la rencontre, il  rappelle à la communauté française sa sympathie pour la Russie, pour sa culture, sa langue. Mariton est russophone, vice-président du groupe d’amitié franco-russe de l’Assemblée Nationale, ami de la famille de Soljenitsyne; il nous confie avoir rencontré son épouse à Moscou et que sa fille a choisi le russe comme première langue étrangère au collège à sa fille. Mariton connait et aime la Russie.

Pour autant, il a historiquement soutenu des positions parmi les plus atlantistes du paysage politique français, approuvant l’intervention américaine en Irak, ou encore apportant son soutien à John Mc Cain, candidat républicain opposé à Obama dans la bataille des présidentielles américaines de 2008, aujourd’hui leader d’un lobby anti-russe aux Etats-Unis. Quand nous interrogeons M. Mariton sur ce qui peut apparaitre comme une contradiction, dans un contexte de confrontation entre la Russie et les Etats-Unis, M. Mariton assume être atlantiste. Il cite un responsable russe qui lui aurait dit autrefois, « si on changeait le nom de l’Alliance, la Russie pourrait entrer dans l’OTAN », et regrette le gouffre immense qui sépare cette perspective d’alors, de la situation contemporaine (sans nommer les responsables).

Pour nous expliquer son approche, il se réfère au Discours de Harvard de Soljenitsyne, notamment sur la thématique soljenitsynienne de la « perte du courage » en Occident. Pour lui, la Russie est en Europe ; le grand pays est porteur également des valeurs occidentales, et c’est d’ailleurs, dans le Discours de Harvard, un Russe qui les a portées, à sa manière bien lui, européenne et russe à la fois.  Le courage pour Mariton, c’est par exemple parler, en Russie, des problèmes de l’Etat de droit. Mais écoutons plus loin : il répète condamner toute attitude de dénigrement, fréquente chez les journalistes, et d’agressivité envers la Russie ; selon lui la Russie a été oubliée après la chute du l’URSS, et c’est bien dommage ; l’occasion de bâtir un partenariat entre l’Europe de l’Ouest avec ce qu’il considère un pays capital dans le paysage mondial a été manquée (par les Occidentaux).

M. Mariton s’exprime également longuement sur la question des sanctions occidentales contre la Russie: les sanctions peuvent se comprendre comme une réponse à ce qui constitue selon lui une violation du droit international (le rattachement de la Crimée). Elles sont, en tout cas, un fait. Cependant il est temps d’élaborer un scenario pour sortir de ces sanctions, scenario qu’il entend lier à la construction d’un véritable partenariat entre la Russie et l’Europe. Il se dit déçu que le débat demandé par Matteo Renzi sur ce sujet, ait été finalement refuse par l’UE, tout comme par le fait que la règle d’unanimité pour reconduire les sanctions se soit mystérieusement transformée en règle d’unanimité pour les abroger. Dans ce contexte, il insiste sur ce qui lui semble être le poids exorbitant des pays baltes dans cette affaire, qui sont selon lui dans un radicalisme non approprié. Il souhaite que la France ait un rôle moteur dans la construction d’un chemin vers la sortie des sanctions, mais rappelle fermement que la France ne peut agir seule en ce sens.

Mariton aussi critique ce qu’il a appelle le « jeu d’essuie-glaces » de Nicolas Sarkozy sur la question russe, qui est passé d’une position de 2007 « ou il ne veut pas serrer la pogne de Poutine »  à une position «d’alignement pur et simple » avec la Russie. Il se dit en désaccord avec l’une et l’autre de ces deux approches. Mariton a pour sa part rencontré le président de la Douma Sergey Narychkine (sous sanction de l’UE) et d’autres officiels russes,  dans le cadre du forum Gaidar. Sur l’UE elle-même, s’il confirme ne pas être eurosceptique, il admet que depuis le referendum de 2005, l’UE continue à se construire pour ainsi dire contre la démocratie (« telle une vis dans la souveraineté populaire »), et que c’est la une situation qui ne peut durer ; il évoque un excès de pouvoir de la Commission Européenne, et nous dit présenter des propositions très concrètes pour réduire ce pouvoir excessif dans son livre à paraitre en mars prochain, le Printemps des libertés.

Lorsque nous l’interrogeons à la fin de son intervention, sur son soutien à Mac Cain, il nous confie l’avoir fait uniquement par agacement envers une bien-pensance de gauche qui entendait imposer un soutien automatique au candidate démocrate, Obama, présenté comme un sauveur de l’Humanité. Plus tard dans la soirée, il n’hésite pas à citer une phrase de Berdiaev reprise d’un discours programmatique d’un certain… Vladimir Poutine : « le conservatisme n’empêche pas l’évolution, mais protège de la régression, du mouvement vers l’obscurité chaotique et vers un état primitif ».

Quand on lui fait remarquer qu’il est un atlantiste bien atypique, il répond, malicieux : « c’est ce qui fait mon charme ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s