Jacques Sapir revient sur les conséquences de la création d’une agence de notation russe

johansson

[le Président de l’agence de notation russe ACRA, ancien patron d’Ernst & Young CIS, Karl Johansson]

Jacques Sapir revient dans son blog sur ce qu’il considere comme « une nouvelle particulièrement importante et significative », la creation par la Russie de sa propre agence de notation, dénommée ACRA (Analytical Credit Rating Agency).

Extraits :

«  Pourquoi cette nouvelle est-elle significative ? Le rôle des agences de notation est crucial pour le développement d’un marché mondial des dettes, en particulier des dettes privées. Un investisseur souhaitant diversifier son portefeuille ne peut avoir à lui seul les compétences pour évaluer la solvabilité de compagnies très diverses tant dans leurs origines que dans leurs branches d’activité. Il est donc logique qu’il puisse recourir à une « notation » effectuée par une agence indépendante. De fait, le développement des agences (essentiellement américaines) comme Moody’s, Fitch, Standards & Poor’s, a permis le développement d’un marché mondial des dettes. Dès lors, on pourrait croire que l’émergence d’une agence russe (et d’une agence chinoise) correspond à ce que l’on appelle une « saine concurrence », et devrait continuer à stimuler le marché. Il n’en est rien. Car, le développement de cette agence correspond au contraire à une réaction contre les manipulations politiques auquel s’est livré le gouvernement américain depuis environ 18 mois. Ces manipulations politiques ont affecté la notation de la dette souveraine de la Russie, mais aussi de celle des grandes sociétés russes, qu’elles soient publiques ou privées. Or, la valeur de la notation détermine largement le taux d’intérêt auquel un Etat, ou une grande société, peut emprunter. Cette pression sur les agences de notation est une arme, entre les mains du gouvernement américain, pour tenter de ralentir le processus d’investissement en Russie.

En fait, les pressions du gouvernement de Washington ont amené le gouvernement russe à exiger que les filiales russes des agences prennent désormais comme « superviseur » la Banque Centrale de Russie.

(…) De manière moins spectaculaire, le même processus est en train de se produire en Chine. Il implique donc, et c’est une conséquence non-intentionnelle de la décision politique des Etats-Unis d’appliquer des sanctions financières contre la Russie et de faire pression politiquement sur les agences dans leur notation des sociétés russes, que l’on est entré dans une fragmentation de ce fameux « marché mondial » des dettes qui s’était constitué depuis environ une trentaine d’années. Loin de constituer un signe de « bonne santé » du marché mondial, il faut donc comprendre l’émergence d’une agence russe, et d’une agence chinoise, comme le début d’un processus de fragmentation politique de ce marché. A terme, d’ici quelques années, les dettes russes ou chinoises ne seront plus notées que par une agence russe ou chinoise. La volonté d’un investisseur de diversifier son portefeuille deviendra donc un « choix » politique, en particulier dans la confiance qu’il aura dans ces institutions. De fait, on peut penser que cela va largement interrompre les flux internationaux de capitaux.

(…) L’annonce de l’entrée en opération de l’agence de notation russe pourrait donc bien être le signal d’une « dé-globalisation » de la finance, qui se ferait pour des raisons au départ politiques, mais qui trouverait dans des raisons économiques les raisons de s’enraciner. »

A lire en detail dans http://russeurope.hypotheses.org/4804

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s